Archives de la catégorie ‘Stratégie et tactique’

Les caractéristiques physiques du milieu urbain
Les forces paramilitaires ou de sécurité
Les armées conventionnelles
Les forces paramilitaires ou de sécurité
Les guérillas et les mouvements terroristes
Les fonctions opérationnelles
La sauvegarde et la mobilité des forces
La coopération interarmes
L’action sur les esprits et les coeurs
La compréhension du milieu
La gestion du contexte
La fonction commandement
La fonction systèmes d’information et de communication (SIC) 20
La fonction renseignement
La fonction logistique
La fonction contact
La fonction combat indirect
La fonction défense sol-air
La fonction agencement de l’espace terrestre
La posture défensive
La posture offensive
La neutralisation et la destruction des forces adverses
La sécurisation d’une zone urbaine
L’isolement de la zone urbaine
Types de manoeuvre
Le raid blindé en zone urbaine

etc.
Télécharger le fichier pdf 66 pages 2005

 

Publicités

Contre-insurrection et action psychologique: tradition et modernité

Télécharger le fichier pdf  41 pages 2010

Tactique classique et opération d’aujourd’hui

ALLOCUTION D’OUVERTURE
La tactique va mal !
par le général Vincent DESPORTES, commandant le centre de doctrine d’emploi des forces
I. PREMIÈRE TABLE ROND
REGARDS CROISÉS SUR LES PRINCIPES DE TACTIQUE DANS LES FORCES TERRESTRES .
– Synthèse
– The changes of the basic German C2 principles of land operations
par le colonel Hans J. BÜHL, Head of German Army Joint and Combined Operations Working Group
– A perspective on general tactics in the spanish army
par le lieutenant-colonel Juan HERNANDEZ GUTIERRIEZ, acting chief of the Combined and Joint Doctrine Section
(Spanish Army)
– FM 3-0, Operations : Full Spectrum Operations
par le lieutenant-colonel Jeffrey L. LAFACE, Combined Arms Center (US Army)
– Recent changes in land forces doctrine
par le lieutenant-colonel AD DE ROOIJ, représentant du Tradoc (Pays-Bas)
– Future tactical doctrine and tactical principles in the British Army
par le lieutenant-colonel Richard CHARRINGTON, head of the lessons learned office, Land Warfare Center
(United Kingdom)
– L’évolution de la tactique en France
par le lieutenant-colonel JEAND’HEUR, chef de la section commandement, contrôle et numérisation de l’espace de
bataille au bureau planification du commandement de la force d’action terrestre
II. SECONDE TABLE RONDE
TACTIQUE ET ENGAGEMENT DES FORCES
– Synthèse
– La supériorité tactique française en 1806
par monsieur le professeur Bruno COLSON, professeur d’histoire constitutionnelle, d’histoire des idées politiques et
d’histoire des relations internationales
– Quelle tactique pour quelles opérations ?
par le général de division Jean-Paul THONIER, général adjoint pour l’outre-mer et l’étranger du général gouverneur
militaire de Paris
– Quelques réflexions après deux ans d’analyses après action des exercices de niveau 3 au CEPC
par le général de division (2s) Jean-Marc de GIULI
– La fin du modèle occidental de la guerre
par le général de brigade (2s) Guy HUBIN, auteur d’ouvrage tactique
– Initiative et effet majeur : le coeur de la décision tactique
par le colonel Michel YAKOVLEFF, chef du bureau construction européenne de la délégation aux affaires stratégiques
– Guerre en montagne – le renouveau tactique
par le lieutenant-colonel de COURRÈGES, du bureau planification finances de l’état-major de l’armée de terre
DISCOURS DE CLÔTURE
par le général de corps d’armée Elrick IRASTORZA, major général de l’armée de terre

Télécharger le fichier pdf

Le milieu terrestre est le plus complexe des trois milieux matériels (terrestre, marin et aérien), et, dans ce milieu hétérogène, la zone
urbanisée, avec son cloisonnement poussé à l’extrême, ses trois niveaux (souterrains, infrastructures au sol, bâtiments souvent élevés) et
surtout la présence de la population, constitue pour les forces terrestres un environnement particulièrement hostile, notamment dans les actions coercitives. Les forces terrestres sont pourtant contraintes d’y agir puisque la ville est plus que jamais le centre de tous les pouvoirs, lieu de concentration de centres de gravité et/ou de points décisifs dont le contrôle ou la destruction peut conférer un avantage majeur à l’une ou l’autre des parties en présence. La nature de l’engagement des forces terrestres en zone urbanisée a changé avec l’évolution de l’environnement international et du contexte stratégique. Là aussi, « il ne s’agit donc plus tant de rechercher la destruction d’un ennemi que de (…) revenir au plus tôt à une situation de paix et de sauvegarder des vies1 ». Aussi, dans cette action difficile, le commandant de la force terrestre ou de la grande unité interarmes devra-t-il « privilégier les modes d’action indirects, exécutés en souplesse et si possible par surprise2 », même s’il ne peut exclure des modes d’actions directs, y compris dans le mode opératoire maîtrise de la violence. Cependant, les forces françaises ne devront pas et ne pourront pas « rejouer STALINGRAD ou GROZNY » sauf pour des actions limitées dans le temps et dans l’espace et avec des règles d’engagement bien différentes ! Elles doivent donc atteindre leurs objectifs en évitant les actions coûteuses en pertes mais aussi en délais et, pour cela, combiner, dans un cadre résolument interarmes, interarmées, mais aussi généralement multinational, l’emploi de toutes les fonctions opérationnelles qui auront intégré au maximum les progrès technologiques, notamment ceux qui réduisent l’opacité de cette zone d’action particulière

Télécharger le fichier pdf  64 pages 2005

I – CADRE GENERAL
11 – Le nouveau contexte stratégique français
11.1 – Missions des forces armées
11.2 – Caractéristiques des futurs engagements
12 – L’environnement stratégique
12.1 – Les menaces et les risques
12.2 – Le milieu
12.3 – Les médias
13 – La refondation de l’armée de terre
14 – La nouvelle doctrine de l’armée de terre
II – FONDEMENTS DE LA DOCTRINE D’EMPLOI DE L’INFANTERIE
21 – Une finalité
IV – LE GROUPEMENT D’INFANTERIE – SES CAPACITES
41 – Principes d’organisation
41.1 – Constitution du noyau dur
41.2 – Le groupement tactique interarmes à dominante infanterie
42 – Exemples de groupements génériques à dominante infanterie
42.1 – En action offensive
42.2 – En accompagnement d’action blindée
42.3 – En combat en zone urbaine
42.4 – En contrôle de zone
42.5 – En saisie de point clé par la troisième dimension
42.6 – En saisie de plage
42.7 – En extraction de ressortissants
43 – Données particulières
43.1 – Zones d’action et d’engagement
43.2 – Capacité d’agression et de destruction (AP et AC)
43.3 – Capacité d’observation, de renseignement et d’investigation
43.4 – Capacité de durer
43.5 – Capacité logistique
43.6 – Capacité de commandement et de communication

Télécharger le fichier pdf  62 pages 2004

 

Chapitre 1 : Le contexte interarmes
11 – Généralités sur l’action interarmes
12 – Les fonctions opérationnelles
13 – Le groupement tactique à dominante infanterie
Chapitre 2 : La constitution du GTIA à dominante infanterie
21 – Principes
22 – Organisation en vue du combat
23 – Mise en oeuvre des fonctions opérationnelles
Chapitre 3 : Les missions du GTIA
Les missions à dominante de sûreté
Les missions à dominante offensive
Les missions à dominante défensive
Les missions d’assistance
Chapitre 4 : La mise en oeuvre des renforcements

Télécharger le fichier pdf  132 pages 2003

 

La poursuite d’une campagne réussie de la guerre de l’information (IW) contre un adversaire industriel industrialisée ou de poteau exigera un ensemble approprié d’outils. Comme démontré dans le désert Donnez l’assaut à la campagne d’air, puissance de l’air s’est avéré être les moyens les plus efficaces d’empêcher les fonctions de l’infrastructure essentielle de traitement de l’information d’un adversaire. C’est parce que la puissance de l’air permet l’enclenchement concourant.

Télécharger le fichier pdf