Articles Tagués ‘traumatismes’

Les traumatismes simples et complexes
Les traumatismes directs et indirects
Les traumatismes indirects, la traumatisation vicariante
La situation de guerre
Les déplacements de population comme conséquence de la guerre
La situation de réfugiés et de déplacés
Le cas particuliers de la violence chronique

Télécharger le fichier pdf 39 pages 2006

Publicités

Du fait de leur profession, les militaires sont particulièrement concernés par la problématique des blessures par arme à feu. Les données sont issues de la surveillance épidémiologique des blessures par arme à feu. Les critères de déclaration étaient : « traumatismes (pénétrants ou non) liés à l’utilisation d’une arme à feu, d’engins explosifs ou pyrotechniques, de munitions, militaires ou civiles, à l’exclusion des traumatismes sonores aigus et des conduites auto-agressives ». Entre 2004 et 2008, le taux d’incidence des blessures par arme à feu était de 21,0 p 100 000 personnes-années. Ces blessures sont survenues majoritairement dans l’armée de Terre et la Gendarmerie et diminuaient significativement avec l’âge. Dans 57,3 % des cas, elles sont survenues en OPEX où elles étaient majoritairement consécutives à des faits de guerre ou d’opérations (85,8 %). Les armes à l’origine des blessures étaient majoritairement des grenades et des roquettes (environ la moitié des blessés déclarés) et les agents vulnérants étaient principalement des éclats et des balles (respectivement 62 % et 28,6 % des blessés). Au total, 43 blessés sont décédés (létalité : 11,8 %) dont 36 (83,3 %) en OPEX (20 en Afghanistan et 11 en RCI). La fiche de déclaration G3 devrait être révisée avec un groupe d’experts du SSA (chirurgiens, médecins d’unité, experts en balistique) afin de mieux prendre en compte des retours d’expérience des théâtres d’opérations et d’adapter la fiche au projet Nato Trauma Registry.

Télécharger le fichier pdf